Le Faux-Frère

Chansons maçonneuses

Sur l’air de “Jules ou le Fils-père” vieille chanson de carabins

Paroles de Julio & Alain M

Enregistrement à capella

1

Il était beau il s’app’lait Jules
Venait tout juste d’être initié
Quand un soir de solstice de lune
Par la mixité fut tenté.
La soeur qui lui fit des avances
Encore bien cotée à l’argus
Lui dit : Si tu changes d’obédience
J’te dévoilerai tout mon cursus.

Refrain

Amour, amour tu nous fais faire des folies
Amour, amour tu nous fais bien du mal
Il lui d’manda : Bien qu’ je soye apprenti
Serai-je promu ? Elle lui dit : C’est fatal !
Et quand il prêta son serment
Elle lui montra l’attouchement
Auquel on reconnaît dit-on
Une maçonne d’un maçon.
C’est alors qu’il comprit
Sa honte et sa misère
Un malaise le prit
Jules était un faux- frère.

2

Pour mieux dissimuler sa faute
Il prit d’horribles précautions.
Dans sa loge d’hommes plus que tout autre
Il s’ rangeait sous le fil à plomb
Mais hélas il perdit la face
Son Véné l’ayant fait app’ler
Lui dit : Va-t’en, Jules, je te chasse
J’veux pas d’ faux-frère dans l’atelier.

Refrain

Amour, amour tu nous fais faire des folies
Amour, amour tu nous fais bien du mal
Le pauvre Jules connut l’infamie
Le coup faillit lui être fatal.
Près d’ ses soeurs il devint pâlot
Il n’obtint même pas un plateau
Tandis qu’ ses frères qui ont des scrupules
Ne serrent plus la pogne à Jules.
Et de son coeur meurtri
Bien des soeurs abusèrent
On n’est pas respecté
Quand on est un faux- frère!

3

Un soir dans une loge clandestine
Il entre décidé à tout
Il y rencontre une frangine
Qui ref’sait les gueules pour quat’ sous
Pour faire disparaître les traces
De la tête du malheureux
Elle lui remodela la face
Avec les traits d’un fesse-mathieu.

Refrain

Amour, amour tu nous fais faire des folies
Amour, amour tu nous fais bien du mal
Le pauvre Jules reprit goût à la vie
En s’voyant disparu dans I’journal.
Il est maint’nant moche et flétri
La peau d’ son crâne qui fait des plis
Sur les colonnes on peut le voir
Il a r’pris le travail au noir.
Méfiez-vous néophytes
De celles qui cherchent à plaire
Ne faîtes pas comme Jules
Le malheureux faux- frère!