L’Interview

CABOTINAGE

Piécettes de théâtre : Galu Imperator, Tronc de la Veuve,
Parodies de rituels : Franc-Glouton, Rituel des voyous, Rituel d'ouverture du bar, Ordre des Mopses, Tuilage selon Béru
Sketchs : Essaimage, Le funambule, Le secret, Bons et Mauvais Maçons, Cours préparatoire, l'Affilié, Orient Éternel, Salle d'attente, 
Post Mortem, Dispute, Interview, Remords, Silence de l'Apprenti, Drame dans les Parvis, Intérim, Interob, Tout est en tout

 Sketch

Interview du candidat à la Grande Maîtrise

(Auteur : Julio)

Créé au Festival d’Humour Maçonnique, Aix en Provence : 2013

 

 

(Deux personnages, un reporter muni d’un micro, et un Grand Maître. Tout le long du sketch le GM adopte une posture de mafieux corse, fat et content de lui. Lorsque son regard, menaçant, ne se porte pas sur l’interviewer, il se perd dans le lointain…)

Q– Eh bien oui mes SS et mes FF, je suis au Convent et comme vous l’imaginez, on ne parle ici que de la mort étonnante du Grand Maître adjoint Jérôme, qu’on a retrouvé sans vie il y a trois jours, à la même place et dans la même loge où l’on avait retrouvé l’an dernier le F. Boulin qui briguait lui aussi, la Grande Maîtrise. Meurtre ou suicide ? Mais pour nous parler de cette mort étrange (il tire le GM par le bras pour le placer dans le champ de la caméra, celui résiste, se déplace et foudroie le reporter du regard), j’ai près de moi le Grand Maître Ballesti qui s’apprête à se rendre en salle du Grand Conseil pour y être réélu… Alors, sublime Grand Maître, meurtre ou suicide ?

(Le reporter conserve le micro mais le GM lui prend carrément le bras et le tire vers lui pour parler dans le micro)

R– à ce stade de l’enquête, évidemment, nous ne pouvons rien affirmer. J’veux dire… (il lâche le bras du reporter et s’empare du micro) . L’Illustre Frère Jérôme était resté seul à méditer dans sa loge, après la tenue. Il a été foudroyé par une attaque cardiaque qui a causé sa mort immédiate… Il n’a pas souffert ! (le reporter reprend le micro)

Q– le F. Jérôme était candidat à la grande Maîtrise. Les sondages le donnaient favori… Ne disiez vous pas que vous vouliez le démolir ?

R(Silence, regard vers le reporter, puis vers le public puis vers le reporter) . Oh ! On a déformé mes propos, j’veux dire… Je n’ai jamais caché que j’étais un écologiste pragmatique… je n’ai pas parlé de ( l’index sur la poitrine du reporter, puis décomposant par syllabe le mot) dé-mo-li-tion mais de tri sélectif…

Q– Écolo peut-être, mais depuis 15 ans que vous présidez l’obédience, vous n’êtes pas pour le recyclage !

R(le GM s’approche du reporter une main menaçante en avant qu’il ramène ensuite sur ses cheveux, comme pour se recoiffer, puis il s’éloigne un peu, tout en restant dans le champ de la caméra) Que si ! Je suis certain que la S. Grande Secrétaire, qui est bien jeune encore, saura me succéder à la fin de mon propre cycle… à l’issue des 3 ou 4 mandats que je compte encore accomplir dans l’intérêt de l’Obédience, de l’Ordre…

Q– (coupant quasiment la parole) Revenons au défunt ; il vous aurait accusé, avant de disparaître, d’être mouillé dans un trafic de cordons…

R(colère froide, le GM s’avance menaçant) Moi jamais ! Ce sont des calomnies ! (Il agrippe le reporter. Les deux personnages prennent une position suggérant les 5 points parfaits de la Maitrise) (puis le GM se radouci et s’éloigne) Si j’ai un peu triché sur les jetons de présence, c’est tout… mais tous l’ont fait avant moi… Ha Ha ha !

(Tous deux rient, le reporter se forçant un peu) Ah Ah Ah !

Q– Faute de combattant, (le GM continue à rire pendant que le reporter lui pose sa question) vous allez certainement gagner votre réélection à la Grande Maîtrise. La cérémonie s’annonce grandiose, pouvez-vous nous livrer vos impressions ?

R(Le GM se calme, mais reste ravi, et prend le micro au reporter) C’est toujours un grand plaisir d’assister en personne à la cérémonie de son élection –  (il se rapproche du public, solennel) j’ai en ce moment une pensée douloureuse pour l’Illustre F. Jérôme (hilare, rire silencieux)  qui ne connaîtra pas ce plaisir… Ah !  le plaisir d’être réélu par ses FF. et ses SS. aux destinées de l’Ordre si glorieusement représenté par l’Obédience que j’ai le grand plaisir de représenter…(Le reporter se rapproche pour tenter de récupérer le micro, et interrompt le GM)

Q– vos ambitions pour l’avenir ?  (Le GM reprend aussitôt le micro et s’adresse au public, comme s’il était en campagne électorale)

R– J’espère, au fil des années, parvenir à la hauteur des amis fidèles qui ont permis depuis 15 ans ma réélection, j’veux dire…  (Le GM regarde le reporter) Je tiens à poursuivre l’œuvre initiatique de mon père –qui est aussi mon frère- fondateur de notre Obédience, qui m’a fait celui que je suis et sans qui je n’aurais jamais été celui que je suis… c’est lui qui m’a initié dans cette loge prestigieuse qui depuis les Tutucelli, Fratellini, Fetuccini, Fusilli, Lamborghini, Rocco Sifreddi, Ferrari, Stavisky

Q– Bref !(il tente de reprendre le micro sans succès)

R–  …a vu passer les meilleurs de la maçonnerie. Je compte pour cela sur tous ces FF. et SS. du Conseil –ils sont nombreux !- que j’ai parrainés, initiés, instruits, élevés, puis placés aux fonctions les plus prometteuses de la hiérarchie de notre Obédience. Qu’ils soient sincèrement remerciés de me renvoyer l’ascenseur de leur ascension initiatique. (Il rend le micro au reporter de façon désinvolte)

Q– On dit que votre réélection, malgré ces 15 années passées à la Grande Maîtrise et l’absence de concurrent n’est pas pour autant acquise.

R(silence et regard menaçant à l’attention du reporter) Le combat pour le maintien n’est pas facile.  Ma victoire en sera d’autant plus méritoire,  j’veux dire…  Je la dois essentiellement à notre S. Grande secrétaire dont je veux louer la pugnacité. Malgré l’insistance fraternelle des autres candidats, elle a toujours refusé de coucher…

Q– de coucher ?

R– …de coucher un autre nom que le mien sur le bulletin de vote qui a été remis aux membres du Convent.

Q– vous étiez donc le seul à coucher… heu… le seul couché par la Sœur secrétaire… ?

(Tous deux rient, le rire du GM étant un peu condescendant) Hi Hi Hi

Q– dans le questionnaire qui a été remis aux candidats, à la question : qu’aimez-vous le plus ? Vous avez répondu…

R(le GM s’avance vers le public sans micro)…les FF des colonnes ! (grandiloquent) Oui ! Je les aime, les FF. des colonnes ! (puis il s’adresse au reporter) Que serions-nous, Grands élus, sans nos FF :. des colonnes, j’veux dire ?

Q– à la question : qu’aimez-vous le moins, vous avez répondu… : les FF. des colonnes…

R– Hi hi hi

Tous les deux : hi hi hi

Q– N’y a-t-il pas là une… contradiction ?

Tous les deux : Hi hi hi

R– Pas du tout ! Il y a les FF des colonnes qu’on aime et les FF. des colonnes qu’on n’aime pas !

Tous les deux : Hi hi hi

Q– Toujours aux questions « que n’aimez-vous pas », vous avez également répondu : les SS. du 4ème

R– (en riant et en tournant le dos au reporter) dîtes-moi, mon jeune Frère, à quel étage travaillez-vous dans la boutique ? Vous les avez-vues, les SS. du quatrième ? Hi hi hi (il est le seul à rire)

Q– le symbolisme, vous avez déclaré : « c’est pas mon truc… »

R– Non, c’est pas mon truc ! Je suis un démocrate laïque et républicain, moi ! Alors, faut pas me gonfler avec le symbolisme…

Q– On dit pourtant que vous portez un slip orné de symboles maçonniques…

Peut-on voir ?

R– Pour ce genre de détail, adressez-vous à la S :. Grande Secrétaire.

Q– Mais revenons à la disparition brutale de l’Illustre F :. Jérôme. Certains affirment vous avoir vu sur les parvis, quelques instants avant sa mort, un clystère à la main…

R–  (Colère froide) c’est faux ! Encore des calomnies ! (Grandiloquent) Et l’on ose parler de fraternité dans cette obédience ! (il s’en va, en colère) ils me foutent les boules !

Q(le reporter attend que le GM se soit éloigné pour le désigner de l’index) des boules, des boules… des boules noires, c’est sûr qu’ils vous en foutront (le GM revient, menaçant, le reporter s’apprête à partir puis décampe en terminant son reportage) je vous parlais des parvis du Grand Conseil, à vous la rue Cadet !  (ça, c’est pour l’allusion à la rue Cognac Jay…)