Tout est en tout

Accessoires : 1 échelle double

 

Le GM monte sur le deuxième barreau de l’échelle en chantant le 1er couplet de « la cacade des loges bleues »

“De mes hauts grades sous les étoiles

Où je brille de mille feux

Je viens vous chanter la cacade

La cacade des loges bleues

Je viens vous chanter la cacade

La cacade des loges bleues”

 

     Le visiteur s’approche de l’échelle.

GM :Oui ?
VISITEUR :  Sérénissime Grand Maître, je crois avoir découvert des détails insolites qui concernent ma loge, et qui je crois, peuvent bientôt concerner toute l’obédience.
GM : De quoi s’agit-il ?
VISITEUR : Dans les parvis, avant la tenue, j’ai repéré deux frères qui se sont échangés un signe de reconnaissance codé.  (Le Grand Maître hausse les sourcils et sourit).
GM : En dehors du fait que je n’en comprenne pas l’utilité dans un lieu maçonnique, je ne vois pas non plus ce qu’il y a là de bien extraordinaire.
VISITEUR : (monte sur le premier barreau du second côté de l’échelle) Attendez. J’ai remarqué que ces signes de reconnaissance étaient échangés par sept autres frères de ma loge… dont le Vénérable.
GM : Les signes de reconnaissance entre francs-maçons sont choses courantes, je ne vois toujours pas ce qu’il y a là d’anormal…
VISITEUR : Ce qu’il y a d’anormal ? C’est que ces signes n’appartiennent pas à la tradition maçonnique !
GM : Allons. Il devait s’agir de signes propres à un grade que vous n’avez pas encore atteint, ou peut-être s’initiaient-ils à un rite que vous ignorez.
VISITEUR : Non ! Non ! Je suis catégorique ! Croyez-moi. À mon degré, je connais TOUS les signes maçonniques, et le triple croisement du majeur et de l’annulaire n’en est pas un !… Mais il y a pire.
Le Grand Maître se frotte le menton d’un air dubitatif
GM : Pire ?
VISITEUR : J’ai découvert qu’ils portaient un emblème cousu dans des endroits invisibles de leurs vêtements : une tête de bouffon. Le Grand Maître et le visiteur se font face à travers les barreaux
GM : De fait, il ne me semble pas que cet emblème soit répertorié dans les emblèmes maçonniques… Quoiqu’il en soit, vous faîtes bien de m’en parler. Mais qu’avez-vous encore découvert ?

VISITEUR : (gravit un barreau… le GM en fait autant) je me suis infiltré parmi eux. Ils ont un système de parrainage extrêmement cloisonné, mais ils ont fini par m’accepter… Oh ! Je n’en suis encore qu’au tout premier degré d’initiation.
GM : Initiation ? Parrainage ? Que voulez-vous dire ?
VISITEUR : (gravit un barreau… le GM en fait autant) Connaissez-vous l’Ordre Conventuel Expiatoire de la Bouffonnerie Universelle ?
GM : Non.
 Le visiteur secoue la tête d’un air entendu.
VISITEUR : Ils prétendent que l’initiation à la Franc-maçonnerie n’est qu’un vulgaire apprentissage réservé au tout-venant qui permet tout juste aux plus malins d’entretenir l’espoir d’accéder un jour à la véritable initiation.

GM : Et quelle est la véritable initiation ?
VISITEUR : Celle des Bouffons Universels, les seuls qui connaissent les vrais secrets du rire de l’univers… les fous !
Le Grand Maître reste un moment immobile et silencieux à contempler, au-dessous de lui, son visiteur.
GM : Si je comprends bien, vous prétendez qu’il y a une société secrète à l’intérieur même de la Franc-maçonnerie ?
VISITEUR : C’est exactement cela. Leur réseau s’étend sur toutes les loges, sur toutes les obédiences. Ils ont leurs propres rites, leurs symboles, leur langage et leur hiérarchie. Ils prétendent que le rire est le véritable esprit qui dirige la Franc-maçonnerie ! Et que cette dernière n’est qu’une façade destinée à protéger en son sein les seuls authentiques détenteurs de l’humour universel.

GM : C’est incroyable ! Comment de véritables francs-maçons peuvent-ils se livrer à de telles puérilités ?
VISITEUR : Vous devez en savoir quelque chose, si j’en crois la tête de bouffon qui se trouve sur la doublure de votre veston… (Il gravit un barreau et se précipite sur le col du veston du GM)
     Le Grand Maître monte brusquement d’un barreau ahuri.
GM : (il redescend de l’échelle) Bien ! Ça nous permettra d’aller plus vite.

(Le visiteur descend à son tour de l’échelle)
(le GM se met en position d’échanger l’attouchement : il lève le majeur de la main gauche, que vient saisir le visiteur par le même doigt de la main droite. Ils se donnent 3 coups de fesse, sautent et tendent les bras en clamant 🙂

Osons ! Osons ! Osons !

(le GM enlace le visiteur) Je suis ravi de vous accueillir parmi nous… (Il retourne à l’échelle) D’autant que vos talents d’observation vont nous être immédiatement utiles. (Une pause) Imaginez qu’à la dernière réunion de la  Bouffonnerie universelle, j’ai surpris deux Grands Bouffons en train d’échanger des signes étrangers à notre ordre conventuel.
VISITEUR : (il a regagné l’échelle) Il s’agissait de messages en morse basés sur des rires étouffés !

GM : Comment le savez-vous ?
VISITEUR : En tant que bouffon de premier degré, j’ai assisté moi-même à cette réunion. Il s’agit d’une société méta secrète qui s’est formée au sein même de la Bouffonnerie Universelle, et qui s’en sert à son tour comme couverture. Leur nom ? Le Consistoire des Bouffons d’Hilarion. Ils ne sont que douze, comme les apôtres. Mais là, l’humour qu’ils détiennent est plus vrai que toutes les autres formes d’humour : il s’agit de l’humour sacré de la fratrie !

Tous les deux : Humour sacré de la Fratri-i-e (sur l’air de la Marseillaise)

GM : Ne me dites pas que vous en faites partie…
VISITEUR : J’ai été désigné hier Bouffon d’Hilarion de 1° classe, pour occuper le douzième siège vacant. (Un temps) Vous ne pouviez pas me reconnaître derrière mon masque mais moi, je vous ai bien vu.
GM : (perplexe ; il redescend de l’échelle) Alors c’était vous le nouvel initié ?
VISITEUR : C’est exact. (il rejoint le GM en avant de scène) Alors je vous pose une question. (il va se placer sous l’échelle) Je vous ai surpris en train d’échanger un message télépathique avec votre voisin de droite. Et ça, ce n’est pas prévu dans le Rite initiatique d’Hilarion.

GM : (un temps ; il se reprend) Je voulais vous en parler. (il retourne à l’échelle) Le Consistoire des Bouffons d’Hilarion ne constitue qu’une étape vers la… la Bouffonnerie Cosmique. (Il remonte à l’échelle, les yeux perdus à l’infini) Seuls ses membres les plus parfaits peuvent être admis au sein de la société supra-secrète des Maîtres Bouffons du Rire cosmique. (Un temps) Nous sommes deux. (Un temps ; il redescend de l’échelle et se rend vers le visiteur sous l’échelle) Voulez-vous être le troisième ?
VISITEUR : Mais pourquoi m’accepter si rapidement ?
GM : (confidentiellement) J’ai besoin de vous. C’est grave. (Ils se dirigent en avant de scène) Lors de la dernière réunion des Maîtres Bouffons du Rire Cosmique, j’ai eu la conviction de ne pas être franc avec moi-même et avec mon second.
VISITEUR : Que voulez-vous dire ?
GM : (il s’assure en parlant que personne ne les entend) J’ai l’impression d’appartenir à mon insu à une société plus suprêmement secrète que les autres, et dont je suis le seul membre : la société du Bouffon Chef du Rire… Absolu !… Qui prend son rire à la source : chez le Grand Bouffon lui-même.
VISITEUR : (fait un signe de la main) le Grand Bouffon lui-même ?! (Un temps) Si c’est vrai, vous ne pouvez pas monter plus haut, (dit-il en désignant l’échelle) aller plus loin, connaître de rire plus véridique… (Un temps) Alors, qu’est-ce qui vous gêne ?
GM : (un temps). À la dernière réunion de communion comique avec moi-même, j’ai nettement senti ma main gauche échanger des rires avec mon omoplate droite au sujet de ma propre tête… (Plein de tiques, il émet des borborygmes. Le visiteur l’entraîne dans les coulisses en marche arrière)