Remords

CABOTINAGE

Piécettes de théâtre : Galu Imperator, Tronc de la Veuve,
Parodies de rituels : Franc-Glouton, Rituel des voyous, Rituel d'ouverture du bar, Ordre des Mopses, Tuilage selon Béru
Sketchs : Essaimage, Le funambule, Le secret, Bons et Mauvais Maçons, Cours préparatoire, l'Affilié, Orient Éternel, Salle d'attente, 
Post Mortem, Dispute, Interview, Remords, Silence de l'Apprenti, Drame dans les Parvis, Intérim, Interob, Tout est en tout

Sketch en 2 parties

(Auteur : Julio)
Créé au Festival d’Humour 2012 d’Aix en Provence

 

3 personnages : deux femmes, un homme.

Une table, trois chaises. Une seconde table et une chaise, à quelques mètres. Musique de danse ou de fête à l’entrée sur scène…

 

1ère partie

Deux femmes en vacance, passablement éméchées, arrivent des coulisses, discutent et rient le verre à la main. (La musique s’estompe) Elles s’installent à la table  en échangeant des paroles sibyllines typiquement maçonniques. À la table d’à côté, également éméché, un homme les observe et les écoute.

 

Femme 1 – Il fait chaud…

Femme 2 – Fais soif, t’as raison…

Femme 1 – Chargeons les canons!

Femme 2 – Haut les coupes

Femme 1 – Buvons !… hic ! j’ai dit

Femme 1 – on rigole mieux ici qu’à Aix en Provence

Femme 2 – tu parles d’une ville !

Femme 1 – des avocats, des notaires, des universitaires…

Femme 2 – Ah !!! Des universitaires… ils doivent pas rigoler tous les jours à Aix !

Femme 1 – Et tu crois que c’est pareil dans leurs loges ?

Femme 2 – Parait que oui !…

Femme 1 – Je plains les SS. et les FF. d’Aix en Provence.

Femme 2 – Ne me parles plus de cette ville !

Femme 1 – (prend le journal, l’ouvre  en grand en s’affalant sur la chaise) Tu as lu les nouvelles ?

Femme 2 – (jette sa main sur le journal) je ne sais ni lire, ni écrire, je n’ai pas l’âge

Femme 1 –  Quel âge as-tu ?

Femme 2 – De quel âge tu parles ? (elles rient)

L’Homme se lève, le verre en main et se rapproche d’elles.

Femme 1 – (inquiète) : il pleut !

(elle tourne la tête vers l’Homme)

Homme – Ah ! Je me disais bien qu’on était de la même famille… Je reconnais les Frères de loin… Y’a des signes qui trompent pas…,

Femme 2 – Ah ça alors ! Vous en êtes ? (se reprenant) Tu en es ? Quel bonheur de se retrouver entre frangines… (petits rires des deux femmes)

Les 2 femmes – Joins-toi à nous mon frère. Buvons !

Tous les trois lèvent leur verre et boivent.

(Silence)

Femme 2 – (Se dresse progressivement le doigt tendu, et à la fin de la tirade se laisser retomber pesamment sur la chaise) je me présente… Antoinette … Je suis Belge… de Bruxelles… et je suis Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Grand Collège des Rites du Royaume de Belgique. Une fois ! (Hic)

Femme 1 – (pose les mains de chaque côté de la table, qui glissent ; elle feint de tomber sur la table) Et moi Géraldine, je suis parisienne, Grand Maître du Grand Rite Impérial Égyptien… 10 000 membres… un immeuble de 10 étages à Paris… Et si vous voyiez mon sautoir… (Elle donne une tape à l’Homme qui s’effondre) C’est quelque chose ! (Elle se rassoit en s’affalant)

Les 2 femmes –  (ensemble )  Et toi mon Frère… ?

Homme – Fernand !… Je suis Marseillais…

Les 2 Femmes – (chant en chœur et riant) Et ta canne, canne, canne cannebière !

Homme – (en colère) j’suis pas maître des cérémonies !

Les 2 femmes – Alors qu’est-ce que tu fais à Marseille ?

Homme – À Marseille, je suis le Sublime et Très éclairé Patriarche du Septième Ordre du Rite Français pour toute l’Europe !

(Les 2 femmes sifflent d’admiration)

Homme- Et mes bijoux… j’vous dis pas !

Tous les trois : – Chargeons !

Ils se versent une tournée en riant et en chantant…

– Buvons !

Tous trois trinquent.

 

Extinction des lumières

 

Fin Première partie

2ème partie

 

Même décor que précédemment sans bouteille ni verre. (On peut avoir mis un bouquet de fleurs sur la table)

La lumière croît progressivement.

Les 2 femmes rentrent  en scène en se tenant la tête qui semble lourde, suivi de l’homme dans le même état.

Ils ont tous trois la gueule de bois.

 

Femme 2 – Qu’est-ce que je peux être stupide… je me suis laissé griser par le whisky… et par trop d’orgueil. Je me suis attribué un prestige que je n’ai pas tout à fait Pardonnez moi mes Frères, je vous dois la vérité ; je ne suis pas le Très Puissant Souverain Grand Commandeur du Grand Collège des Rites du Royaume de Belgique… je suis tout nouvel apprenti d’un petit atelier bruxellois…

(Silence, pendant lequel les deux autres l’observent, ahuris)

Femme 2 – (se décide finalement à parler) Ah ! Et moi, ce que j’ai pu dire comme conneries ! A mon tour, je vous fais mes excuses… je dois vous avouer que je ne suis pas Grand Maître du Grand Rite Impérial Égyptien… En réalité, je viens tout juste d’être élevé Compagnon au Rite de Memphis, dans une modeste loge de la banlieue parisienne. (Elle s’assoit en se laissant tomber)

Les 2 Femmes se tournent ensemble vers l’Homme sur qui leur regard pèse. Lui ne paraît pas être concerné…)

Homme – Ça va ! Ça va ! Oui ! Moi aussi je vous ai menti mes Sœurs (long silence).

Je ne suis pas… (silence) je ne suis pas de Marseille…  je suis d’Aix en Provence !

 

 

FIN